Le collectif CASAK assigne la FFSA

Communiqué CASAK

CASAK (Collectif pour l’administration du Sport Automobile et
Karting), composé d’anciens et d’actuels dirigeants nationaux et
internationaux du sport automobile et karting s’est constitué dès 2015
compte tenu du refus de la FFSA de communiquer les informations dues à
ses licenciés depuis 10 ans maintenant, ainsi que de son obstination à
changer en permanence les règles du jeu pour éviter toute question
dérangeante et mettre hors-jeu ceux qui osent les poser. C’est ainsi
que nous attendons toujours la communication des conditions et
rapports d’ordres de missions attestant de leur réalité, actuels comme
anciens, des comptes fédéraux, d’importants transferts de fonds
immédiatement reversés sur des comptes privés par le biais de la
fédération, etc. La fédération appartient à ses licenciés, et ces
informations leur sont dues, tout comme elles sont dues aux
contribuables qui la subventionnent.

La réponse du président de la FFSA à ces questions légitimes a été
sans appel :
–          Dissolution du Comité Directeur et élections anticipées fin
2015 pour éliminer les gêneurs.
–          Modification des statuts en juin 2016 afin d’empêcher toute
question gênante et supprimer l’égalité entre les licenciés pour
favoriser les ligues fidèles à la gouvernance en place (il faut
maintenant jusqu’à 70 licenciés d’une certaine ligue pour « peser » le
même poids qu’un seul licencié d’une autre ligue)
–          Organisation de l’élection du président le 22 aout 2016,
soit le premier jour de la période de 6 mois prévue à cet effet, afin
d’éviter tout dialogue, un record absolu parmi toutes les autres
fédérations sportives françaises.
–          Et comme si cela ne suffisait pas, transfert en décembre
2016 des prérogatives de l’Assemblée Générale au profit du Comité
Directeur, au cas où celle-ci comporterait encore des gêneurs.
Jugeant cette situation inadmissible au regard de toute considération
éthique, de la loi, du code du sport et des statuts, et devant
l’impossibilité d’obtenir ce qui nous est dû, nous nous sommes trouvés
contraints d’intenter une action en justice dont l’audience se tiendra
le mois prochain, justice à qui nous demandons de faire respecter nos
droits en ordonnant la communication des documents et informations dus
à tous les licenciés.
Nous ne sommes apparemment pas les seuls à dénoncer ce genre de
pratiques, et attirons l’attention de tous sur le collectif « Rénovons
le sport français » (renovonslesportfrancais.fr) fondé fin 2016 à
l’initiative de deux anciennes ministres de la jeunesse et des sports
et de plusieurs personnalité et champions, mettant en lumière certains
agissements et pratiques ayant cours dans le milieu